«On voulait juste voir le genre d’homme que tu es» : masculinités dans une prison du Nouveau-Mexique

“We were just testing what kind of man you are”- negotiating masculinities in a New Mexico prison

Introduction

Introduction

Cet article aborde la question des injustices spatiales dans le cadre de l’univers carcéral. Dans l’état présent du système judiciaire, les prisons sont sans doute les lieux les plus évidents créés pour servir ce système. En même temps, ce sont intrinsèquement des espaces contestés. On voit bien qu’à l’origine, ils étaient destinés à « purger » une société éclairée de ses éléments indésirables (c’est-à-dire des pauvres, des ivrognes, des obsédés sexuels), dans l’idée de les reléguer dans les lieux les plus éloignés. Au fil du temps, les idées sur les prisons et les prisonniers ont évolué selon les valeurs (des groupes dominants) des sociétés où elles se trouvent. Par exemple, pour possession de drogues douces, le système judiciaire peut placer quelqu’un dans le système carcéral pour de nombreuses années dans un pays mais pas dans un autre. De même que les idées de justice diffèrent à l'échelle internationale, on peut trouver des différences à l'échelle nationale et régionale (voir ci-dessous), ainsi qu’au sein du système pénitentiaire lui-même. En conséquence, certaines personnes sont plus susceptibles d'être emprisonnées que d’autres, mais aussi certaines sont plus susceptibles que d’autres de ressentir l'emprisonnement comme une punition. Bien que cet article commence par présenter le contexte spatial des différences dans l'application de la justice aux États-Unis, pour l’essentiel il restreint son champ d’analyse à l’échelle micro de la prison elle-même.

This article addresses the issue of spatial injustice/s at the level of the prison. As far as the (legal) justice system goes, prisons are perhaps the most obvious locations established in service of this system. At the same time, they are inherently contested spaces. Looking back, they were meant to ‘cleanse’ an enlightened-society-to-be of unwanted elements (e.g. the poor, the drunk, the sexually promiscuous) desirably at far away locations. Over time, notions of prisons and prisoners have changed reflecting the values of (dominant groups in) the societies in which they are placed. For instance, a justice system may place someone in the prison system for several years for the possession of soft-drugs in one nation but not another. As ideas of justice differ at the international scale, differences can be found at the national and regional scale (see below) as well as within the prison system itself. As a result, some persons are more likely to be imprisoned than others but some persons are also more likely to experience imprisonment as punishment than others. Although this article begins by introducing the spatial context of differences in implementing justice within the United States, the bulk of the article zooms in at the micro scale of the prison itself.

On a soutenu que le système pénitentiaire aux États-Unis n'exprime pas simplement certaines idées sur la justice, la punition et la réhabilitation, mais qu'il sert à maintenir la société patriarcale, parce que, en somme, les exhibitions de « masculinités excessives » (ou leur perception) par les prisonniers permettent aux hommes extérieurs à la prison de se sentir confortés et rassurés dans leur propre masculinité (Sabo et al., 2001, mais voir aussi Seymour, 2003). Cela confirme les travaux de Connell et Messerschmidt (2005, p. 832) qui ont affirmé qu’on arrive à la masculinité hégémonique[1] grâce à « la culture, aux institutions et à la persuasion » (je souligne), mais qu’elle est variable dans le temps (et dans l'espace). Des institutions telles que les prisons peuvent en effet constituer des endroits importants pour établir (l’illusion de) la normalité, car elles fournissent la certitude d'Autres indésirables qui, bien que séparés spatialement, n’en sont pas moins toujours présents. Cela signifie, cependant, que le système correctionnel est imprégné de valeurs qui font partie intégrante de ce système patriarcal. Cela se voit à qui est incarcéré, pourquoi, où, pour combien de temps et, comme je le montrerai plus loin, comment l’incarcération doit être vécue.

It has been argued that the US prison system is not merely a manifestation of ideas about justice, punishment and betterment but that it serves to maintain patriarchal society because, in sum, the (perception of) displays of ‘excessive masculinities’ by prisoners enable men outside of prison to feel empowered and secure in their own masculinities (Sabo et al., 2001 but see also Seymour, 2003). This supports Connell and Messerschmidt (2005: p. 832) who maintained that hegemonic masculinity[1] is achieved through “culture, institutions and persuasion” (my emphasis) but is changeable over time (and space). Institutions such as prisons can indeed be important locations for establishing (illusions of) normality, because they provide the certainty of unwanted Others that are spatially separated but nevertheless ever-present. This means, however, that the correctional system is imbued with values that are part and parcel of this patriarchal system. This is reflected in who is incarcerated, why, where, for how long and, as I will explore below, how their incarceration should be experienced.

En 2008, le système judiciaire états-unien avait « autorité légale » sur plus de 1,6 millions de prisonniers. Aux Etats-Unis, la population carcérale était constituée de 93 % d’hommes, et le taux d’incarcération des hommes y était 15 fois supérieur à celui des femmes. La population carcérale masculine se composait de 34% de Blancs, de 38 % de Noirs et de 20% d’Hispaniques. La catégorie 25-29 ans représentait le plus grand groupe de détenus de sexe masculin (17,2%). Depuis 2000, le nombre de personnes incarcérées a diminué, mais cette tendance est inégalement représentée dans les différents Etats, ce qui reflète leur degré de conservatisme, New York étant en tête de la chute du nombre de détenus (en baisse de 3,6% en 2008), et la Pennsylvanie menant la hausse (une augmentation de 9,1% en 2008). La baisse globale est attribuable à une diminution du nombre de Noirs emprisonnés depuis 2000. Néanmoins, le taux d’incarcération des hommes noirs est 6,5 fois plus élevé que celui des hommes blancs (Sabo et al., 2010).

In 2008, the US justice system had ‘legal authority’ over more than 1.6 million prisoners. The prison population consisted to 93 percent of males and, in the US, men were imprisoned at a rate 15 times higher than females. The male prison population consisted of 34% whites, 38% blacks and 20% Hispanics. The largest group of male prisoners (17.2%) fell in the category 25-29 years. Since 2000, the number of persons imprisoned has declined but this trend was unequally present in the different states, reflecting the level of conservatism, with New York leading a drop in the number of inmates (down 3.6% in 2008) and Pennsylvania leading a rise (up 9.1% in 2008). The overall decline was attributed to a decline in the number of imprisoned blacks since 2000. Nevertheless, black males are imprisoned at a rate 6.5 times higher than white males (Sabo et al., 2010).

Il faut noter que certains auteurs (par ex. Davis, 2001 ; Wacquant, 2002 ; Mendieta, 2004; Shabazz, 2010) ont soutenu que les prisons, en tant que moyens de ségréger spatialement les hommes, ne sont que la partie émergée d'un système d'incarcération bien plus vaste, à partir de laquelle les normes et valeurs d’une masculinité hégémonique deviennent visibles. Shabazz (2010) a soutenu qu’avant leur emprisonnement, bien des hommes ont souffert de l’injustice spatiale du fait de leur classe, de leur sexualité et, très souvent, de leur race. En s’appuyant sur l’exemple des maisons Robert Taylor à Chicago (et des lotissements miniers en Afrique du Sud), il écrit que « les formes carcérales organisent la vie et le travail de beaucoup d’hommes noirs pauvres et appartenant à la classe ouvrière aux Etats-Unis » (p. 277), ce qui aboutit à des « subjectivités prisonifiées » (p. 277) et à les préparer à la vie en prison. Shabazz affirme que « sans pouvoir réel ou abstrait […] ces hommes apprennent à négocier leur relation avec ce monde en adoptant des masculinités de prison » (2010 : 285).

It is important to note, that some authors have argued that prisons, as a means to spatially segregate men, are but a part of a wider landscape of incarceration (e.g. Davis, 2001; Wacquant, 2002; Mendieta, 2004; Shabazz, 2010) from which norms and values of hegemonic masculinity become apparent. Shabazz (2010) claimed many men have experienced spatial injustice prior to their imprisonment through their class, sexuality and most often, their race. Using the example of the Robert Taylor homes in Chicago (and South Africa’s mining projects), he argues “that carceral forms organize the living and working space of many poor and working-class black men in the United States” (p.277), thus leading to “prisonized subjectivities” (p.277) and a preparedness for prison. Shabazz maintains “with no real or abstract power […] these men learn to negotiate this world by performing prison masculinities” (2010: 285).

A une échelle géographique plus large, les hommes sont donc plus susceptibles que les femmes d’être exclus spatialement (et certains hommes plus que d’autres). Toutefois on ne peut tenir les espaces pénitentiaires pour des espaces homogènes où les idées de justice se traduiraient par les mêmes moyens de contrôle et de peine pour tous les prisonniers. Le système pénitentiaire états-unien est structuré en niveaux qui vont de 1 à 6[2]. Les détenus aux niveaux inférieurs ont plus de privilèges et de liberté de mouvement que les détenus aux niveaux supérieurs (voire appendice 1 pour un tableau d’ensemble du système des niveaux). En faisant montre de bonne conduite, les détenus peuvent obtenir des autorités pénitentiaires des « bons points » qui leur permettront d’accéder à une unité de sécurité de niveau inférieur. A l’intérieur de chaque niveau, il y a aussi des moyens de se distinguer (voir aussi Karp, 2010). Certains détenus peuvent entretenir de bonnes relations avec les gardiens, ou bien savent comment circonvenir les espaces de contrôle et acquérir ainsi des privilèges plus aisément que d’autres (van Hoven and Sibley, 2008). Phillips (2001) affirme que « les privilèges ressortent comme de puissants symboles pour la reconstitution de leur autonomie et de leur statut social. Des modes d’organisation sociale se construisent autour de ces biens et services limités » (p. 15). A l’échelle micro, parmi et entre les prisonniers, l’injustice spatiale est mise en œuvre et s’emploie pour avoir et garder le pouvoir (voir aussi Owen, 1985).

At the larger geographic scale then men are more likely to be spatially segregated (with some men more likely than others) than women. However, prison spaces cannot be viewed as homogeneous spaces in which ideas of justice are translated into the same means of control and punishment for all prisoners. The US prison system is structured using a levels system, ranging from level 1 through 6[2]. Inmates at the lower levels generally have more privileges and freedom of movement than those at higher levels (see appendix 1 for overview of the levels system). It is possible for inmates to be credited by correctional officers for good behavior with ‘Good Time’ which might enable them to move to a lower security unit. Within the levels, too, there are ways of differentiation (see also Karp, 2010). Some inmates may maintain good relations with correctional officers, or know how to circumvent spaces of control and thus earn privileges more readily than others (van Hoven and Sibley, 2008). Phillips (2001) argued that “privileges emerge as powerful symbols of the reassertion of autonomy and status. Modes of social organization are built around these limited goods and services” (p.15). At the micro scale, among and between prisoners, spatial injustice is enacted and utilised to achieve and maintain power (see also Owen, 1985).

Dans l’introduction, on a suggéré que le système des prisons implique différents niveaux d’injustice spatiale. En plus d’une dimension spatiale, l’injustice a, entre autres, un sexe, une classe et une race. Divers auteurs ont établi un lien supplémentaire à la (re)production d’une masculinité hégémonique ; selon eux, les ressources à la disposition des hommes (blancs, de classe moyenne, instruits) pour réaliser une masculinité hégémonique ne sont pas également disponibles pour tous les hommes. Messerschmidt (1993), par exemple, a déclaré que le crime (et l’emprisonnement) peuvent devenir une ressource pour accomplir sa masculinité, pour « affirmer son genre » (Seymour, 2003). Pourtant, différentes interactions, structures et pratiques sociales (voir Connell, 2000) produisent des identités sexuelles différentes. Ce sont exactement ces interactions, ces structures et ces pratiques qui constituent le contexte pour l’étude présente de la production des masculinités à l’échelle micro. Elle se nourrit de données rassemblées dans le contexte d’une étude plus vaste portant sur les expériences quotidiennes faites par les prisonniers à la Central New Mexico Correctional Facility (CNMCF), niveau 2. La masculinité y est apparue comme un thème spontanément abordé et discuté par les prisonniers. Cet article est composé de trois parties. Dans la première, il s'agira d'analyser les structures en fournissant un bref aperçu d'analyses (foucaldiennes) des prisons comme espaces de surveillance et de limitations, mais en insérant des travaux plus récents qui montrent comment les prisons comprennent des espaces, tant matériels qu’imaginaires, qui échappent à la vue et aux règlementations du régime, et dont les prisonniers se servent pour exercer une liberté d’action. Ensuite, on abordera les questions de prisons et de masculinités.

The introduction above suggests that the prison system involves different levels of spatial injustice. In addition to a spatial dimension, injustice has, amongst others, a gender, class and race dimension. Various authors have established an additional link with the (re)production of hegemonic masculinity and argue that the resources available for (white, middle-class, educated) men to achieve hegemonic masculinity are not equally available to all men. Messerschmidt (1993), for example, argued that crime (and imprisonment) can then become a resource for accomplishing masculinity, for ‘doing gender’ (Seymour, 2003). Yet, different social interactions, structures and practices (see Connell, 2000) produce different gendered identities. Exactly these interactions, structures and practices are the context for a discussion in this article of the production of masculinities at the micro scale. The article draws on data collected in the context of a broader study on everyday experiences of prisoners at Central New Mexico Correctional Facility (CNMCF), level 2. Masculinity emerged as key theme volunteered and explored by prisoners. This article is structured in three parts. First, the article draws attention to structure by providing a brief background of (Foucauldian) representations of prisons as largely controlling and limiting spaces, but inserting more recent work that illustrates how prisons encompass material spaces and imaginary spaces, that are unseen and not susceptible to regulation by the regime and that are used by prisoners to exercise agency.

Pour finir, on élaborera, à partir d'extraits des entretiens, les différentes positions que les détenus prennent quand ils parlent de masculinité.

Next, it discusses prisons and masculinities, and last but not least, extracts from the interviews are explored in relation to they way in which men take different positions when talking about masculinity.

 

 

Prisons, structure et agentivité

Prisons, structure and agency

Bien des études sur les prisons partent du livre de Foucault Surveiller et punir. Naissance de la prison (1979) comme d’un contexte pour leurs analyses. Dans cet examen historique des prisons, Foucault décrit les prisons, ainsi que les asiles et les hospices, comme des moyens de créer une société moderne. Les philosophes des Lumières ont suscité un intérêt pour les aspects humanitaires de la peine (remplaçant de plus en plus les peines publiques et corporelles) (Ignatieff, 1981). L’organisation et l’utilisation de l’espace dans l’application de la peine joue un rôle important dans les premières conceptions de la prison en panopticon, comme celle de Bentham (et des lectures que Foucault en a faites) où un prisonnier est sujet à l’œil de l’institution, un œil toujours ouvert et qui voit tout. L’analyse faite par Goffman (1961) des institutions « totales » montre comment sont régulés l’espace et le temps pour atteindre des buts organisationnels. L’organisation de l’espace et du temps engage tous les aspects de la vie ayant lieu au même endroit et sous la même autorité, les activités journalières sont conduites en présence d’autrui, et toute activité est hautement codifiée et supervisée. Dans le cas des prisons, l’emploi du temps quotidien est centré sur le compte des prisonniers, les repas, le travail et le divertissement, peut-être la distribution de médicaments, et la cellule. Ces moyens ou ces rituels pour structurer la vie quotidienne des prisonniers servent aussi à souligner la position subalterne des détenus et entendent imposer l’obéissance (Leger et Stratton, 1977)[3].

Many prison studies draw on Foucault’s work Discipline and punish. The birth of the prison (1979) as a context for their analyses. In his historical account of prisons, Foucault described prisons, along with asylums and workhouses, as a means to create modern society. Enlightenment theorists instigated a concern for humanitarian aspects of punishment which ultimately led to the conceptions of institutions as places for punishment (increasingly replacing public, corporeal punishment) (Ignatieff, 1981). The organisation and use of space in exercising punishment plays an important role in early conceptions of prison as panopticon, such as Bentham’s (and Foucault’s readings of Bentham) where a prisoner is subject to the ever-present, all-seeing eye of the institution. Goffman’s (1961) analysis of total institutions shows how space and time are regulated to achieve organisational goals. The organisation of space and time involves all aspects of life occurring in the same place and under the same authority, daily activities are conducted in the presence of others, and all activities are highly schematized and supervised. In the case of prisons, the daily schedule is centred on counts, meals, work and recreation, perhaps the distribution of medication, and lock up. Such means, or rituals, to structure prisoner’s everyday lives also serve to highlight the subservient position of inmates and are meant to produce compliance (Leger and Stratton, 1977)[3].

Les interprétations que Foucault a données de la prison, et dans une certaine mesure aussi celles de Goffman, insistent sur le poids des structures par rapport aux capacités d'action des sujets, en négligeant le caractère social de ceux qui sont objets de la surveillance. Néanmoins, des travaux ultérieurs sur l’adaptation des prisonniers reconnaissent de plus en plus l’importance des situations personnelles et des agents (Irwin et Cressey, 1962[4]; Toch, 1985; Cao, Zhao et Vandine, 1997; Paterline et Petersen, 1999)[5]. Bien qu’ils n’emploient pas le terme d’agent, Paterline et Petersen (1999) proposent un « modèle intégré » où ils incluent le monde intérieur des prisonniers en prenant en considération les relations non-criminelles à l’extérieur de la prison ainsi qu’une multitude de rapports à soi et d’identités que les prisonniers peuvent soupeser de différentes façons selon les rencontres et situations spécifiques. Paterline et Petersen suggèrent également que les prisonniers ont une gamme d’identités parmi lesquelles ils peuvent choisir en fonction de différents contextes et situations. Cela concorde avec d’autres auteurs qui soutiennent que les prisonniers peuvent aussi feindre l’obéissance. Vaz et Bruno (2003) affirment que leur « docilité ne serait qu’apparente, un masque qu’ils portent aussi longtemps qu’ils sont sous observation. [Ils] intérioriseraient l’œil du pouvoir mais ne s’identifieraient pas à ses valeurs » (p. 276) (voir aussi Simon, 2005).

Foucauldian interpretations of prison, and to some extent Goffman’s too, give priority to structure over agency by neglecting the subject of surveillance as a social being. However, later work on prisoner adaptation increasingly acknowledges prisoners’ personal backgrounds and agency (Irwin and Cressey, 1962[4]; Toch, 1985; Cao, Zhao and Vandine, 1997; Paterline and Petersen, 1999)[5]. Although they do not use the term agency in their discussion, Paterline and Petersen (1999) propose an ‘integrated model’. In this model, they include prisoners’ inner world by taking into consideration non-criminal relationships outside the prison and a multitude of self-attitudes and identities, all of which can be weighed by inmates in different ways depending on particular situations and encounters. Paterline and Petersen also imply that inmates have a range of identities to ‘choose from’ in different contexts and encounters. This resonates with writings by other authors who claim that prisoners may also feign compliance. Vaz and Bruno (2003) argue that, prisoners’ “docility would only be apparent, a mask that [they] carried as long as [they] thought [they] were being observed. [They] would internalize power’s eye but [they] would not identify with its values” (p. 276) (see also Simon, 2005).

En géographie aussi, des travaux existent sur les espaces, les relations sociales et l’agentivité exercée au sein de la prison. L’étude faite par Dirsuweit (1999) sur une prison de femmes en Afrique du Sud a montré clairement la résistance et la subversion qui président au commerce des drogues et de la nourriture, à la recherche de partenaires sexuels et à la prostitution, mais aussi les tentatives, chez les prisonniers, de se créer un sentiment d’être « à la maison » en se servant de tout matériau qu’ils ont sous la main pour marquer l’espace comme personnel et, dans une certaine mesure, privé. L’étude plus récente que Baer [2005] a menée sur des institutions pour jeunes délinquants au Royaume-Uni explique comment des détenus ont pu se servir des objets de consommation courante, comme des bouteilles de shampoing, pour personnaliser l’espace de la prison et atténuer son effet aliénant (voir aussi Anita Wilson [2004] pour des travaux très riches sur la transformation personnelle des espaces carcéraux, ainsi que Baer and Ravneberg [2008]). Ces travaux mettent encore davantage en question l’efficacité de la prison à produire des « corps dociles »[6].

In geography, too, some have drawn attention to spaces, social relations and exercising agency within the prison. Dirsuweit’s (1999) account of a women’s prison in South Africa highlighted resistance and subversion as evident in trading in drugs and food, looking for partners and prostitution, but also in attempts by inmates to establish a sense of home, using whatever materials at hand to designate space as personal and, to some extent, private. Baer’s (2005) more recent study in young offender institutions in the United Kingdom discussed how inmates were able to use consumable items, such as shampoo bottles, to personalize the otherwise alienating spaces of the prison (see also Anita Wilson (e.g. 2004) who provides rich material on the personal transformation of prison spaces, and Baer and Ravneberg (2008)) . Such accounts further question the efficacy of the prison in producing ‘docile bodies’[6].

 

 

Hommes en prison

Men in prison

Aujourd’hui s’est développé un corps impressionnant de travaux sur les espaces des masculinités, portant sur la pertinence du lieu dans leurs négociations et sur le sens qu’il y a à inclure les voix des hommes marginalisés dans les théories des masculinités (voir, par ex. Barker, 2005; van Hoven et Hörschelmann, 2005; Aitken, 2006; Bandyopadhyay, 2006; Hopkins, 2006; Nayak, 2006; Leyshon et Brace, 2007). Dans le contexte des études citées plus haut, il faut noter que les travaux sur les hommes dans les prisons sont apparus nettement plus tôt, dès les années 1940. Ce sont des sociologues, comme Clemmer (1940), Jacobs (1977) et Sykes (1958) qui ont mené les études importantes. Le célèbre A society of captives de Gresham Sykes (1958), par exemple, donne des aperçus éclairants sur la relation entre le milieu, le comportement et la construction de la masculinité. Sykes explique le comportement d’un prisonnier, en particulier la violence, comme résultant d’un trauma psychologique vécu à travers le milieu même de la prison et la perte de liberté[7]. Il interprète la formation d’une sous-culture carcérale comme un moyen de compenser les privations et de défendre sa propre personne.

To date, an impressive body of work on spaces of masculinities has developed, drawing on the relevance of place in negotiating masculinities and pointing to the significance of including the voices of marginalised men in theories of masculinities (see, for example, Barker, 2005; van Hoven and Hörschelmann, 2005; Aitken, 2006; Bandyopadhyay, 2006; Hopkins, 2006; Nayak, 2006; Leyshon and Brace, 2007). In the context of the above studies, it is notable that work on men in prisons has emerged significantly earlier, namely from the 1940s. With regards to work on men in prison, prominent studies were conducted by sociologists, such as Clemmer (1940), Jacobs (1977) and Sykes (1958). The often cited study A society of captives by Gresham Sykes (1958), for example, provides insights into the relationship between environment, behaviour and the construction of masculinity. Sykes explained prisoner behaviour, in particular violence, as a result of psychological trauma experienced through the prison environment itself and the loss of freedom[7]. He interprets the formation of a prisoner subculture as a way of dealing with deprivations and preserving the self.

Bien que des travaux plus récents sur les prisonniers et les masculinités aient commencé à voir celles-ci d’une façon plus relationnelle (ce qui s’accorde avec les changements advenus dans les écrits sur l’adaptation des détenus), le travail de Gresham Sykes trouve encore un écho dans des études récentes sur la prison and les masculinités (voir, par exemple, Phillips, 2001; Sabo et al., 2001; Hua-Fu, 2005; Karp, 2010). Comme d’autres, Sykes souligne l’importance du code de la prison dans la vie quotidienne des prisonniers. Ce code fait avant tout de l'homme un être insensible et dur à cuire. La préoccupation principale des prisonniers est donc de trouver un moyen d’être, de devenir ou de rester masculins. La présence d’une variété de masculinités (subalternes) aboutit à établir une hiérarchie chez les détenus. Du point de vue de Sykes en 1958, les rapports hétérosexuels étaient le critère décisif pour se qualifier comme mâle dans la société. Dans le milieu homosocial de la prison, il importait de trouver une autre façon de s'affirmer comme homme et d'asseoir sa dominance. Contrairement à l'homme de la rue, ceux qui étaient en prison devaient se reposer exclusivement et excessivement sur ces moyens alternatifs, contribuant à un contexte où la virilité se jugeait aux « attributs de sexualité plutôt qu’à la sexualité elle-même » (p. 98). Par conséquent, certaines attitudes n’étaient pas acceptables, car considérées comme dénotant la faiblesse et/ou manquant de retenue, comme de s’attaquer aux faibles ou de donner des faveurs sexuelles en échange d’un gain personnel.

Even though more recent work on prisoners and masculinities has begun to see masculinity in a more relational way (which resonates with changes in writings on inmate adaptation), Gresham Sykes’ work is still echoed by recent studies on prison and masculinities (see, for example, Phillips, 2001; Sabo et al., 2001; Hua-Fu, 2005; Karp, 2010). Sykes (as do others) emphasises the significance of the prison code in prisoners everyday life. The prison code emphasises the superiority of masculine toughness and insensitivity. A key concern for prisoners then is to find means to be, to become or to remain masculine. The presence of a variety of (subordinate) masculinities results in the establishment of an inmate hierarchy. From Sykes point of view in 1958, a key criterion of maleness in society was heterosexual intercourse. In the homosocial environment of the prison, the achievement of dominant masculinity relied on alternative means to “be a man”. Unlike men “on the streets”, men in prison relied on these alternative means exclusively and excessively which produced a context in which manhood was judged by ‘accompaniments of sexuality rather than sexuality itself’ (p. 98). Therefore, some behaviour was not accepted and regarded as weak and/ or lacking self-restraint, for example preying on the weak or providing sexual favours for personal gain.

Depuis 1958, l’évolution du système pénitentiaire a provoqué des changements dans la sous-culture des détenus. Paterline et Petersen (1999) indiquent une augmentation des détenus à l’intérieur des cinq groupes suivants : les malades mentaux, les toxicomanes et les alcooliques, les jeunes délinquants, les « condamnés à vie », et les membres d’un gang. De bien des manières, la vie en prison a perdu quelques-unes de ses structures claires et ordonnées, y compris une division nette entre les prisonniers et l’organisation de la prison. Hunt et al. (1993) rapportent largement ces incertitudes croissantes dans les vies des prisonniers aux tentatives faites par le système pénitentiaire de contrôler les gangs à l’intérieur, comme d’« utiliser des informateurs confidentiels », d’isoler les membres d’un gang dans différents bâtiments et prisons, d’intercepter les communications de gang, de monter des équipes spéciales pour surveiller et traquer les gangs, d’enfermer leurs chefs dans des prisons de haute sécurité et de « boucler » des institutions entières (p. 400). Même si les relations des détenus tournent autour de la cohésion du groupe et l’exploitation des individus, la solidarité entre eux a considérablement diminué (Cordelia, 1983). Maintenant, les relations entre détenus constituent un problème-clé pour s’adapter à la vie derrière les barreaux (voir aussi van Hoven et Sibley, 2008; Sibley et van Hoven, 2009). L’attribution de loyautés et les codes comportementaux est devenue plus floue. Dans ce contexte, la « construction culturelle de la virilité », pour emprunter la terminologie de Phillips (2001), est devenue plus différenciée, plus flexible également. Il convient donc de repenser les identités des prisonniers et, comme l’énoncent Wetherell and Edley (1999), de « comprendre les réalités au fond des stratégies masculines pour assurer leur identité de mâles » (p. 74). Renvoyant au « monde libre » plutôt qu’à la prison, Wetherell et Edley suggèrent que « l’identification relève des procédés mis en action par lesquels les hommes vivent/parlent/font de la masculinité et […] ces procédés sont intensément locaux (accomplis en situation) et globaux (dépendants de conditions d’intelligibilité plus larges) » (p. 353). Puisque leur pensée de la masculinité en action s’accorde avec l’analyse de nos données, je vais la présenter plus en détail.

Since 1958 changes in the prison system have effected changes the inmate subculture. Paterline and Petersen (1999) referred to an increase of inmates within the following five groups: mentally ill inmates, drug and alcohol abusers, youth offenders, “lifers”, and gang members. In many ways, prison life has lost some of its clear and ordering structures including a clear division between prisoners and the prison organisation. Hunt et al. (1993) ascribe these increasing uncertainties in prisoners’ lives largely to the attempts of the prison system to control prison gangs, such as ‘using “confidential informants”, segregating gang members in different buildings and prisons, intercepting gang communications, setting up task forces to monitor and track gang members, locking up gang leaders in high security prisons and “locking down” entire institutions’ (p.400). Even though inmate relationships evolve around group cohesion and the exploitation of inmates, solidarity among them has declined significantly (Cordelia, 1983). Now, a key problem for adjusting to life behind bars is prisoners’ relations with other prisoners (see also van Hoven and Sibley, 2008; Sibley and van Hoven, 2009). The assignment of loyalties and behavioural codes has become more “messy”. In this context, the ‘cultural contruction of manhood’ to borrow Phillips’ (2001) terminology, has become more differentiated, more flexible as well. It is important then to revisit prisoner identities and, as Wetherell and Edley (1999) state to “understand the nitty gritty of negotiating masculine identities and men’s identity strategies” (p.74). Referring to ‘the free world’ rather than the context of prison, Wetherell and Edley suggest that “identification is a matter of the procedures in action through which men live/ talk/ do masculinity and […] these procedures are intensely local (situationally realized) and global (dependent on broader conditions of intelligibility)” (p.353). Since their thinking about performing masculinity is relevant to the analysis of my own data, I will elaborate their study in some more detail.

Les psychologues sociaux Margaret Wetherell et Nigel Edley (1999) exposent comment les hommes s’approprient la masculinité hégémonique dans leurs vies quotidiennes[8]. Plus spécifiquement, ils traitent des normes transmises et appliquées par des hommes dans des situations différentes : quand les hommes cherchent-ils à se conformer à leurs idéaux de masculinité et quand y résistent-ils ? L’analyse aboutit à dégager trois positions générales que les hommes semblent prendre en parlant de masculinité : la position héroïque, la position ordinaire et la position rebelle. Au contraire des « rôles d’argot » proposés par Sykes, les trois positions générales peuvent être prises par les mêmes hommes dans différentes situations. La position ordinaire décrit des situations où les hommes embrassent des idées conventionnelles et des pratiques sociales de masculinité pour tenter d’incarner la masculinité hégémonique. La position rebelle définit des événements où les hommes se distinguent de cette position imaginaire d’une masculinité héroïque en la qualifiant de macho et en se positionnant eux-mêmes comme des hommes au contraire quelconques. Des répondants rapportent aussi des révoltes marquées par des activités qu’ils considèrent inhabituelles pour leur sexe mais qu’ils embrassent comme l’un des nombreux côtés de leur être-un-homme. Dans le contexte des prisons, la position héroïque a été reconnue, par exemple par Whitehead (2005) qui note que le « Héros peut être vu comme installant un standard de masculinité qui surplombe les divisions sociales entre hommes […] la revendication d’un homme à la masculinité ne dépend pas de son positionnement social, culturel ou racial, mais plutôt de sa capacité à montrer un courage transcendantal » (p. 413). Dans des contextes où d’autres aspects de l’identité sont moins pertinents que d’être soi-même un homme, la tension entre l’idéal masculin imaginé et la réalité vécue provoque une angoisse au niveau relationnel et ontologique : un homme « peut à la fois avoir peur et avoir peur d’être incapable de transcender sa peur, de montrer du sang-froid », ou bien, dans une formulation plus proche de notre recherche, d’avoir du « cran ». Le reste de notre article traitera des diverses manières par lesquelles les prisonniers exécutent, interprètent et réinterprètent la masculinité dans les conditions de vie d’une prison de sécurité minimale au Nouveau-Mexique.

Social psychologists Margaret Wetherell and Nigel Edley (1999) discuss how hegemonic masculinity is appropriated by men in their everyday lives[8]. More specifically, they address norms conveyed and enacted by men in different situations: when do men try to conform to their ideals of masculinity and when do they resist it? Their analysis falls into three general positions men appear to take in talking about masculinity -the heroic position, the ordinary position and the rebellious position. In contrast to the argot roles proposed by Sykes, the three general positions can be taken by the same men in different situations. The ordinary position describes situations in which men embrace conventional ideas and social practices of masculinity and their attempts to embody hegemonic masculinity. The rebellious position defines events in which men contrast themselves to this heroic masculine imaginary position by labelling it macho and by positioning themselves as average men instead. Respondents also recount rebellious events which are marked by activities they consider unusual for their gender but which they embrace as being one of the many sides of their being men. In the context of prisons, the heroic position has been recognized, for example by Whitehead (2005) who notes that the “Hero may be seen as setting a standard of masculinity that overarches social divisions between men […] a man’s claim to masculinity does not depend on his social, cultural or racial positioning, but rather on his ability to display transcendental courage.”(p.413). In contexts where other aspects of identity are less relevant than one’s identity as a man, the tension between the imagined ideal masculine self and lived reality causes anxiety at the relational and ontological level: a man “may both be afraid and afraid of being unable to transcend his fear, [of] showing nerve”, or in the words respondents to my research of ‘having a heart’. The remainder of this article discusses ways in which prisoners perform, interpret and reinterpret masculinity under the conditions of life in a minimum security prison in New Mexico.

 

 

Etude de cas au Nouveau Mexique

Case study New Mexico

- Collecte des données

– Data Collection

Les répondants pour les entretiens ont été sélectionnés avec l’aide des travailleurs sociaux des prisons. On les a choisis venus d’une prison à sécurité minimale pour plusieurs raisons, la plus importante étant leur bonne volonté et leur capacité à coopérer, ainsi que l’absence de risque pour le chercheur (femme). L’échantillon comprenait 21 hommes dont le plus jeune avait 24 ans et le plus vieux 59. La majorité des répondants (11) étaient Hispaniques, 5 des Anglo-blancs, 4 des Américains-Africains, et 1 Autochtone Américain. La majorité des répondants avaient déjà connu la prison depuis leur adolescence, 6 d’entre eux y entraient pour la première fois. La moitié purgeait une peine de 5 à 10 ans, 4 une peine de plus de 10 ans. Trois répondants déclarèrent avoir une forme d’affiliation à un gang.

The respondents for the interviews were selected with the help of prison case workers. Respondents were chosen from a minimum security level for several reasons, the most important being their willingness and ability to cooperate and the absence of a security risk for the (female) researcher. The sample was comprised of 21 males of whom the youngest was 24 years and the oldest was 59 years. The majority of the respondents (11) were Hispanic, 5 were Anglo-white, 4 were African-Americans and 1 Native American. The majority of the respondents had been in and out of prison since they were teenagers, 6 respondents were first time offenders. Half of the respondents served a sentence of 5 to 10 years, 4 served a sentence over 10 years. Three respondents reported some form of gang affiliation.

Pendant ces entretiens approfondis, voici les sujets qui furent traités : l’arrière-plan personnel/familial/criminel (en fonction des informations que le prisonnier fournissait volontairement) ; les premières impressions de la prison ; la routine journalière des prisonniers ; leur bien-être physique, mental et matériel ; la nature et la qualité des contacts avec les autres prisonniers, le personnel de la prison et la famille ; les règles et les règlements en prison ; enfin, l’opinion que les prisonniers avaient d’eux-mêmes au moment de l’entretien. Il faut bien remarquer que les entretiens ont été fortement influencés par les sujets privilégiés par les détenus eux-mêmes. Pas de questions préliminaires sur la sexualité et l’identité sexuelle ; à la place, la masculinité a été abordée dans le contexte des thèmes ci-dessus. Outre que le projet portait sur les géographies quotidiennes en général, il y avait d’autres raisons : les répondants étaient « assignés » au chercheur par des travailleurs sociaux plutôt que sollicités après une présence prolongée dans la prison (comme observateur). Il y avait peu d’occasions d’établir un rapport de confiance avec les prisonniers avant l’entretien, et le chercheur ne pouvait se faire sa propre idée sur la personnalité du répondant. Par conséquent, le chercheur sentait qu’il lui fallait s'en remettre au contenu et à la « charge émotive » de l’entretien. Cela s’accorde avec la perception d’autres auteurs travaillant sur les masculinités en prison. Davidson (2007), par exemple, note : « parler à différents hommes de, mettons, leur musique favorite, très probablement ne créerait pas la même somme d’angoisse, de nervosité, de fierté, de honte, de colère, de vantardise, de faveurs et de douleurs qui peuvent apparaître quand on parle de masculinité » (p. 379). Sabo et al. (2001) écrivent aussi que « la prison est un monde ultra-masculin où personne ne parle de masculinité » (p. 3). Malgré ces réserves, les entretiens recèlent une mine de déclarations sur les différentes manières qu’ont les hommes de percevoir et de réaliser leurs masculinités.

During the in-depth interviews the following topics were explored: the prisoners’ personal/ family/ criminal background (depending on which information the prisoner volunteered); first impressions of the prison; the prisoners’ daily routines; their physical, mental and material well-being; the nature and quality of contacts with other prisoners, with prison staff and friends and family; rules and regulations in the prison and the prisoners’ view of themselves at the time of the interview. It is important to note that the interview was strongly influenced by the topics prioritized by the prisoners themselves. ‘Start up’ questions on sexuality and gender identity were not asked, instead masculinity was explored in the context of the above themes. In addition to the research project taking an interest in everyday geographies in general, there were other reasons for this choice: the respondents were ‘assigned’ to the researcher by case workers rather than approached by the researcher following a longer presence in the prison (e.g. as observer). There was little opportunity to establish trust and rapport with prisoners prior to the interview and the researcher was not able to ‘get a feel’ for the personality of the respondent. The researcher therefore felt it was important to take cues from the content and ‘emotional charge’ of the interview. This concurs with perceptions of some other authors’ work on prison masculinities. Davidson (2007), for example, noted: “to talk to different men about, say, their favourite music most likely would not create the same amount of anxiety, nervousness, pride, shame, anger, boasting, privilege, and pain that may accompany talk about masculinity”(p.379). And Sabo et al. (2001) claimed that “prison is an ultramasculine world where nobody talks about masculinity”(p.3). In spite of these reservations, the interviews revealed a wealth of statements on the ways in which men perceived and performed their masculinities.

 

 

- Masculinité dans une prison à sécurité minimale au Nouveau Mexique

– Prison masculinity at a minimum security prison in New Mexico

Il n’est pas difficile de discerner la position héroïque des prisonniers (Wetherell et Edley, 1999) dans leurs propos. L’analyse des histoires qu’ils racontent fait apparaître à quel point elle est associée à des époques spécifiques (le passé), à des situations (« des initiations », par exemple) et à des lieux (des niveaux de sécurité supérieurs ou certains pénitenciers).

It is not difficult to discern the heroic position (Wetherell and Edley, 1999) from the prisoner interviews. It transpires from the analysis of prisoner stories that these heroic positions are assigned to specific times (the past), situations (e.g. ‘initiations’) and locations (higher security levels or facilities).

 

 

- Positions héroïques

– Heroic Positions

Les citations ci-dessous décrivent les obstacles rencontrés qui ont aidé le répondant à établir sa position de mâle fort. Les répondants se décrivent eux-mêmes comme maîtres de la situation, à la hauteur du défi qu’elle leur oppose.

The quotes below describe challenges encountered that helped the respondent establish his position as a strong male. Respondents describe themselves as being in control, meeting the challenge of a risky situation.

George B. (44 ans, Anglo-blanc) l’explique :

George B. (44 years, Anglo-white) explains:

« Quand tu rentrais à Santa Fe Main, à l’époque fallait t’occuper de tes oignons, tirer ta peine… Fallait y entrer et fallait te battre… Que tu perdes ou gagnes, ça fait pas de différence. Si t’avais à les poignarder, tu les poignardais, si t’avais à les tuer, tu les tuais, c’est égal… Dans le système des années 70 et 80, c’étaient des rapaces, tu sais, ils se jetaient sur les faibles… C’était un système très violent […] Mais si tu n’avais pas de courage, ou si tu ne voulais pas te battre, ils te volaient tes affaires, ou ils te violaient ou je sais pas quoi, te frappaient à mort et t’avais plus qu’à aller à l’infirmerie... pour le reste de tes jours. Plein de gens avaient la trouille, ils avaient peur de mourir. Moi aussi. J’avais peur de mourir mais je n’allais pas me laisser faire, alors je me suis battu. Jusqu’à ce que je me sois fait respecter. »

“When you walked into Santa Fe Main, back then you had to mind your own business, do your own time … You had to go in and you had to fight. Don’t make no difference if you win or lose. If you had to stab them you’d stab them, if you had to kill them, you’d kill them, whatever it took … In the system of the 70s and 80s it was predatory, you know, they preyed on all the weak people … That was a very violent system [… ] But if you didn’t have a heart, or wouldn’t fight, they would steal your kit, or rape you or whatever, beat the shit out of you and you would have to go to the protection unit … for the rest of your days. A lot of people were scared, they were afraid to die. I was. I was afraid to die but I wasn’t going to let anything happen to me, so I fought. Until I earned my respect.”

George B. rappelle ses expériences de jeune prisonnier à une époque où le système était différent, avant que la politique n’ait exigé la séparation des chefs de gang (voir ci-dessus). Il commence par dire qu’il « fallait se battre » pour se distinguer des prisonniers faibles qui, par définition, constituaient les proies toutes désignées. C’était un système où les identités se formaient par l’institution de contraires, selon les lignes de non-protection et non-faiblesse utilisant les ressources disponibles : violence, domination sexuelle et accumulation de biens. Néanmoins, George rappelle aussi que la violence était pratiquée comme un moyen de survie et ne constituait pas une « disposition naturelle » du prisonnier. Il déclare que, bien qu’il ait réussi à adopter les caractéristiques requises, il a aussi éprouvé de la peur et de l’incertitude.

George B. recalls his experiences as a young prisoner at a time when the system was different, before policy demanded the separation of gang leaders (see discussion above). He begins by saying that ‘you had to fight’ in order to be distinguished from the weak prisoners who would, by definition, be preyed upon. It was a system in which identities were formed through establishing opposites, along the lines of not-guard and not-weak using the resources available: violence, sexual domination and accumulation of property. However, George also reveals that violence was taken on as a means of survival and did not constitute a ‘natural feature’ of the prisoner. He states that although he was successful in adopting the required features, he also experienced fear and uncertainty.

Raul (47 ans, Hispanique) se rappelle des expériences similaires où, en tant que nouveau prisonnier, il avait été soumis aux mêmes épreuves, mais il indique aussi qu’elles appartenaient à une époque et à un régime révolus. Voici ce qu’il dit :

Raul (47 years, Hispanic) recalls similar experiences of being tested as a new prisoner but also reveals that these experiences belonged to a past time and regime. He says:

« A l’époque vous aviez 160 personnes sur 1 seul bloc, il y avait beaucoup de violence et pas n’importe qui pouvait marcher droit, on était mis à l’épreuve. […] Moi personnellement, j’étais dans une prison de type A en [19]99. […] Il n’a pas fallu longtemps pour que quelqu’un vienne me voir et me dise ‘Eh, t’es Untel ?’ J’ai dit ‘Ouais’. Eh ben j’en ai entendu des belles sur toi. Alors prends ta lame et je te prends dans la cour après dîner. […] Ben, je connais pas ce type, il est tatoué de la tête aux pieds. […] J’avais pas la moindre idée de ce qu’il voulait dire. Mais ça m’a donné ce sentiment de ‘Ouah, où ce que je suis, où est-ce que je me suis fourré ?’ Mais je savais que de toute façon j’allais avoir à gérer ça ou à la fermer. La fermer, tirer ma peine et passer 5 années au mitard, c’est pas un choix possible pour moi. Alors j’ai glissé une lame et attendu l’heure du dîner. Quand on arrive à la cour on passe une grille et une fois qu’on a passé cette grille y verrouillent la porte. Ouais, t’es dans la cour et y’a pas moyen d’en sortir. […] Le type que j’avais à affronter se tenait là, il m'attendait avec des amis à lui. Je me suis approché d’eux et je leur ai demandé quel était le problème […] parce qu’il avait intérêt à être sérieux pour y laisser ma peau. […] Je les ai écoutés, et je me suis dit, peu importe ce qui va arriver, aujourd’hui j’en emmène un avec moi. […] Ils étaient 5 ou 6 alors ils allaient me défoncer mais j’en emmènerais un avec moi. Quand ils ont vu que je voulais aller jusqu’au bout, ils se sont avancés et m’ont dit : On voulait juste te tester, voir le genre d'homme que tu es, si tu as du cran. Et t’en as, pour sûr, t’es venu tout seul. Alors ça a brisé la glace et j’ai été respecté pour le reste de mon temps. »

“At that time you have 160 people on 1 cell block, there was a lot of violence and not just anybody could walk the line, you were tested. […] Me personally, I was in an A facility back in ’99. […] Within a short amount of time a person came up to me and said Hey are you this person? I said yeah. Well I heard these bad things about you. So get your shank [homemade knife] and I’ll meet you in the yard after dinner. […] Well I don’t know this guy, he’s tattooed from head to toe […] I had no clue what he was talking about. But it did give me this feeling like wow, where am I, where did I get myself into. But I knew that no matter what it was I was going to have to handle it or lock it up. Lock it up, do my time and 5 year segregation which is not a choice to me. So I sleeked a shank and waited for the dinner call. […] When you get to the yard you pass one gate and once you pass that gate they lock that gate. No, you are in the yard and there is no way out. […] The person I had to confront was standing there with some friends of his waiting for me. I approach them and asked what the problem was […] because it better be worth dying for. […] I listen to them and no matter what happened today I’m taking one of them with me. It were 5 or 6 of them so they were going to stick the shit out of me but I’m taking one with me. […] After they had seen that I was willing to take it to the final step they came forward and said: We were just testing you, see what kind of man you are, if you have heart. And you have a lot of heart […] you came by yourself. So that broke the ice and I was respected throughout my time. “

Les souvenirs de Raul révèlent quelques aspects plus intéressants. Il est mis à l’épreuve par un prisonnier « tatoué des pieds à la tête » mais ne reconnaît pas immédiatement l’autorité qui accompagne les marqueurs corporels ; les actes qu’on lui demande de faire ne constituent pas une partie de l’identité qu’il s’est assignée lui-même. Au lieu de répondre directement par la (préparation à la) violence, Raul considère quelles options il a et quels résultats différentes actions produiront. Il en conclut qu’il lui faut affronter celui qui le défie, principalement pour établir un sentiment de stabilité pour le reste du temps qu’il aura à passer en prison. Bien que ce que raconte Raul soit représentatif d’une position héroïque, il y a aussi des nuances dans son récit.

Raul’s recollections reveal a few more interesting aspects. He is being tested by a prisoner who is “tattooed from head to toe” but does not immediately appreciate the authority that comes with bodily markers; the actions required of him do not constitute a part of his self-ascribed identity. Instead of responding directly with (readiness for) violence, Raul contemplates what options he has and what results different actions will yield. He concludes that he needs to confront his challenger, largely in order to establish a sense of stability for his remaining time in prison. Although Raul’s is illustrative of a heroic position, there are nuances in his account, too.

Il faut noter que l’emploi par les répondants d’exemples tirés du passé et de lieux différents a certaines implications quant à la façon dont ils ont pu percevoir et dont ils perçoivent présentement leur masculinité. A la lumière des extraits cités, il apparaît qu’ils sentent bien qu’ils n’avaient rien à perdre en prenant l’attitude décrite, et, en fait, qu’ils avaient besoin de la prendre pour créer et protéger les frontières destinées à les protéger à l’avenir de tout dommage corporel. Comparé aux niveaux moyens ou maximum de sécurité, le niveau minimum où ils étaient pendant les entretiens pose un contexte plutôt différent pour réaliser sa masculinité. Enfin, lorsqu’on les place dans le contexte de tout l’entretien, les positions héroïques évoquent un rite de passage, des souvenirs de jeunesse et la conviction d’avoir mûri depuis, et peut-être de n’avoir plus besoin de ladite attitude pour protéger leurs frontières et leurs corps. George A. (24 ans, Noir ) l’explique :

It is important to note that the respondents’ use of examples from a past time and different place has certain implications for the way in which they may have perceived and now perceive their masculinity. It appears from the extracts that the respondents feel they had nothing to lose by displaying the described behaviour and, in fact, needed to display it in order to create and protect boundaries which meant protection from bodily harm in the future. The minimum security level they were at during the interview poses a rather different context in which to perform masculinity compared with the medium or maximum security levels. Last but not least, when seen in the context of the entire interview, the heroic positions resonate a rite of passage, a memory of youth and a knowledge of having matured since and possibly of not requiring said behaviour to protect boundaries and their body any longer. George A. (24 years, Black) explains:

« De nos jours, ça ne pose pas de problème de traîner avec quelqu’un d’une autre race. Au niveau 3, la ségrégation continue plus ou moins. Plus au niveau 2. Quand on est au niveau 2, on se prépare à rentrer chez soi. Chaque détenu le sait, il lui reste peu de temps à tirer. Alors on ne va pas chercher de gros ennuis. »

“These days, it is alright to hang out with somebody of another race. In level 3, it is still somewhat segregated. Not in level 2 anymore. When you are here in level 2, you are getting ready to go home. Every inmate knows, you have a short time left. So you are not trying to get into real trouble.”

 

 

- Positions ordinaires

– Ordinary Positions

Dans leur analyse, Wetherell et Edley ont présenté comme des « positions ordinaires » ces situations où les répondants se décrivent eux-mêmes comme des gens « normaux », « modérés » ou « moyens ». Identifier une position ordinaire en employant la même définition dans le contexte de la prison n’est pourtant pas si simple. La société a déjà étiqueté les prisonniers comme des personnes anormales, indésirables et abjectes. Aux yeux de la société, une conduite « normale » en prison serait excessive et destructive. Que peut-on alors considérer comme « position ordinaire » dans le contexte de la prison et du point de vue des prisonniers ? Comme on l’a noté plus haut, on a ordinairement associé les positions héroïques aux régimes passés ou à des niveaux de haute sécurité. Les détenus au niveau 2 de CNMCF se positionnent d’eux-mêmes en opposition à la conduite excessive des jeunes prisonniers, qu’ils caricaturent presque, ce qui les aide en retour à se voir eux-mêmes comme « normaux ». Anthony (45 ans, Mexicain) illustre bien ce point :

In their analysis, Wetherell and Edley described those instances as ‘ordinary positions’ where respondents describe themselves as ‘normal’, ‘moderate’ or ‘average’. To identify an ordinary position using the same definition in the context of the prison is not, however, straightforward. Prisoners have already been labelled as abnormal, undesirable and abject persons by society. To reiterate, for society ‘normal’ prison behaviour would be excessive and destructive. What then, in the context of the prison and from the perspective of prisoners could be viewed as ‘ordinary positions’? As noted above, heroic positions were usually associated with past regimes or high security levels. Prisoners interviews at CNMCF level 2 now position themselves in opposition to the excessive behaviour of young prisoners, which they almost caricatured, and which helps them view themselves as ‘normal’. Anthony (45 years, Mexican) illustrates this:

« Ces jeunes gosses, y s’en fichent […]. La mentalité qu’ils ont, ils se font tatouer, toujours à faire de l’exercice et prendre des forces, voir qui est le plus dur… macho, tu sais ce que c’est, un macho… à frimer, ‘J’suis le meilleur’, ‘J'suis un gros dur'. J’étais comme ça. Quand j’étais jeune. »

“These younger kids they don’t care […]. The mentality they have, they’re getting tattoos, always working out and getting strong, see who’s the toughest… macho, you know what a macho is… showing off, “I’m the best”, “I’m the baddest”. I used to be like that. When I was a kid.”

Pour beaucoup de prisonniers, l’hétérosexualité est un moyen important d’établir la normalité. Néanmoins, les entretiens ne révèlent pas de réponse universelle et violente à l’homosexualité. Gary (42 ans, Irlandais), par exemple, parle de son compagnon de cellule (Mexicain) qu’il a toléré aussi longtemps que ses activités sexuelles restaient hors de sa vue et hors de son espace personnel.

An important means of establishing normality for many prisoners is heterosexuality. However, the interviews do not reveal a universal, violent response to homosexuality. Gary (42 years, Irish), for example, talks about his (Mexican) homosexual bunk mate whom he tolerated as long as his sexual activities remained out of sight and outside of Gary’s personal space.

Gary : « Je leur ai dit, aussi longtemps que tu ne ramènes pas ça ici, j’ai pas de problème. Tu fais ton truc et je fais le mien et ça ira comme ça. Mais alors ils étaient à deux au matin – s’est trouvé qu’ils étaient assis à côté de mon lit à faire leur truc. »

Gary: “I told them, as long as you don’t bring that over here I ain’t got a problem. You do your thing and I’ll do my thing and we’ll be fine. But then they were at two in the morning – happened to be sitting next to my bed doing their thing.”

Question :  « Trop près? ».

Interviewer: “Too close?”

Gary : « Beaucoup trop près. J’en avais la chair de poule. »

Gary: “Too damn close. I was getting the creeps.”

Bien que la stratégie initiale de Gary ait consisté à pratiquer l’évitement, il finit par en parler aux autres prisonniers, ce qui aboutit à des rumeurs et à des échanges d'injures.

Although Gary’s strategy initially is avoidance, he does tell other prisoners which results in gossip and name-calling.

Gary : « Ils étaient à les traiter de pédés et tout ce que vous pouvez imaginer, y se faisaient traiter de tous les noms ».

Gary: “[They were] calling them homo and anything else you can imagine they were called all kinds of stuff”.

Dans ce cas particulier, l’identité mexicaine de son compagnon de cellule lui procurait un statut supérieur à celui d’homosexuel, ce qui impliquait un soutien inconditionnel de la part des prisonniers mexicains. Suite à quoi Gary a été attaqué par surprise avec de l’eau chaude salée jetée à la figure, ce qui lui a laissé des marques de brûlure.

In this particular case, the bunkmates identity as Mexican afforded him a higher status that that as gay person which implies unquestioned support from fellow Mexican prisoners. As a result, Gary was caught unawares and injured by hot saltwater thrown in his face, leaving him with severe burn marks.

Pourtant, la plupart des prisonniers ont concédé que ce qui caractérisait leurs vies actuelles, c’était juste de vouloir s’en sortir, d’adopter un profil bas et de purger leur peine sans s’attirer d’ennuis. Non que ce soient des prisonniers modèles ; au contraire, ils choisissent soigneusement le genre de conduite transgressive qu’ils adoptent dans tel contexte et à tel moment. Parfois, il leur faut faire quelque chose contre les règles pour être « normaux ». Raul (47 ans, Hispanique), par exemple, noue des contacts avec les prisonniers qui ont les moyens et les relations pour l’aider à se faire une existence tranquille, le plus souvent séparée des autres détenus.

Most prisoners in this research agreed, though, that, their lives at present were characterised by just wanting to get by, lying low and doing their time without getting into trouble. This is not to say that they are model prisoners, instead they make careful choices about what kind of transgressive behaviour they adopt in what contexts and at what times. At times, doing something against the rules is necessary for them to be ‘normal’. Raul (47 years, Hispanic), for example, uses contact with prisoners who have the means and connections that help him establish a quiet existence, mostly separate from other prisoners.

Raul :  « Tu demandes juste : ‘A qui tu as besoin de parler, qui fait la pluie et le beau temps ici ?’ La première fois que je suis arrivé ici, il y avait un type d’un gang. Il travaillait ici avec le personnel et tout, il faisait la pluie et le beau temps. [...] J’ai été le voir et je lui ai dit que j’avais de l’argent […] alors trouve-moi un boulot où personne viendra me déranger, lave-moi mes affaires, donne-moi tout ce qu’il me faut pour avoir un coin pépère […] et laisse-moi tirer ma peine. […] Laisse-moi réfléchir aux choses que j’ai besoin de faire, parler à ma famille, écrire mes lettres, regarder la télé et tirer ma peine. J’ai commis un crime, maintenant je tire ma peine. Laisse-moi faire ça et je te débarrasserai le plancher. »

Raul: “You just ask: Who do you need to talk to, who makes everything happen? When I first got here, there was a gang guy here. He worked up here with the staff and everything, and he could make anything happen. [..]I went to him and told him I have money […] so get me a job that I won’t be bothered with anybody else, do my laundry for me, give me anything I need as far as for a bunk area […] and let me do my time. […] Let me think about the things that I need to do, talk to my family, and writing my letters, watching TV and doing my time. I did the crime and I am doing my time. Let me do that and I will be out of the way.”

Raul démontre que certains hommes sont capables de se positionner comme ordinaires parce qu’ils ont les moyens d’éviter la violence pour déterminer leur propre identité. George B. (44 ans, Anglo-blanc) donne un autre exemple de normalité s’agissant du monde extérieur en relation à son travail. Il dit :

Raul’s interview demonstrates that some men are able to position themselves as ordinary because they have the resources that allow them to avoid violence as a means to determine their self-identity. George B. (44 years, Anglo-white) gives another example of being ‘normal’ in terms of the outside world in relation to his work. He says:

« Je travaille dans l’équipe des services ; je fais le plus dur boulot, arracher les mauvaises herbes, couper les bûches, tu sais, tout ce qu’il faut faire d’ici à là-bas de l’autre côté de la rue. Partout vraiment, y faut garder cet endroit en ordre. […] Chaque jour on fait toujours quelque chose. Tout ce qu’y a à faire. Même la nuit parfois. […] C’est un bon boulot, mais c’est du travail pénible, c’est vraiment dur. C’est tout bénéfice pour moi, c’est pour ça que je le fais. […] J’ai travaillé toute ma vie, j’ai jamais été sans boulot. J’aime travailler. Alors, après toutes ces années, quand je finirai par sortir, j’veux pouvoir travailler. Pas comme ces types ici qu’ont pas l’habitude de travailler. J’vais travailler et j’vais avoir un boulot. C’est tout bénef pour moi. »

“I work on the utility crew, I do the hardest labour they got, pluck weeds, chop logs, you know whatever needs to be done from here to over there across the street. Anywhere really, we gotta keep this place tidy […] We’re always doing something every day. Whatever has to be done. Even at night sometimes. […] It’s a good job, its hard labour, it really is. It’s a benefit to me, that’s why I do it. […] I’ve worked all my life, I’ve never been without a job. I like to work. So after all these years, when I do finally get out, I wanna be able to work. Not like these guys here who are not used to working. I’m gonna go work and I’m gonna have a job. It’s a benefit to me.”

Encore une fois, dans cet exemple, ce sont certaines ressources qui sont utilisées. George utilise des ressources similaires à celles de bien des hommes dans le monde libre : le travail pénible. De plus, il voit son travail comme un lien entre son passé et son avenir à la sortie de prison, et déclare qu’il a besoin d’entretenir ses capacités à travailler pour pouvoir avoir accès à un emploi salarié, lequel à son tour permet de pouvoir contribuer aux dépenses de sa famille, s’acheter des biens de consommation qui lui apporteront un statut, etc. La citation suggère que les prisonniers n’arrêtent pas de réinterpréter leur conduite comme ordinaire, soit dans le contexte et selon les critères de la prison, soit selon ceux du monde extérieur.

Again in this example, certain resources are utilised. George uses resources similar to many men in the free world: hard labour. Moreover, he views his works as a link between his past and his future outside of prison, he implies that he needs to maintain the skill to be able to work in order to be able to gain access to paid employment- which in turn implies being able to contribute to the household income of his family, buy consumer items that will afford status etc. The quotes suggest that prisoners continually shift between reinterpreting their behaviour as ordinary either in the context of and by the standards of the prison or those of the outside world.

 

 

- Positions rebelles

– Rebellious positions

Dans l’étude de Wetherell et Edley, les hommes qui prennent des positions rebelles décrivent des situations où ils se montrent non-conventionnels. Les répondants insistent que se sentir masculins signifie simplement être eux-mêmes, ce qui implique un rejet des masculinités machistes et pourrait inclure « des activités inhabituelles pour [leur] sexe telles que la couture ou la cuisine » (Wetherell et Edley, 1999 :  p. 347), tout comme de se constituer en principal soutien de famille. J’ai déjà indiqué plus haut comment les répondants réinterprétaient leur conduite pour se conformer à la situation particulière décrite dans l’entretien. En conséquence, quelques citations faites plus haut pourraient faire ici l’objet d’une discussion. Par exemple, George B. souligne que d’autres prisonniers ne voient pas d’intérêt à travailler, les dépeignant ainsi en prisonniers « normaux ». Il sent que le travail va l’aider à être « normal » selon les critères du monde extérieur. Mais, dans le contexte de la prison, c’est lui qu’on peut considérer comme rebelle. En fait, George B. fournit d’autres exemples de notions contestées de ce qui est « normal ». Il décrit ses relations avec quelques officiers correctionnels (OC) comme cordiales et note qu’à présent et au niveau 2, de telles relations sont acceptables mais que dans le passé, elles auraient enfreint le code des prisonniers.

In Wetherell and Edley’s study, men taking on rebellious positions described occasions in which they were unconventional. Respondents emphasised that they felt being masculine just meant being themselves which implied a rejection of macho masculinities and could include “activities unusual for [their] gender such as knitting and cooking” (Wetherell and Edley, 1999: p.347), as well as being caring and being the main caretaker in the family. In the above discussion, I already pointed at the respondents’ reinterpretation of their behaviour to fit the specific situation described in the interview. As a result, some quotes used in the above section could equally be discussed here. For example, George B. (44years, Anglo-white) emphasises that other prisoners have no interest in working, thus portraying them as ‘normal’ prisoners. He feels that work will help him be ‘normal’ by the standards of the outside world. But in the context of the prison, he may be seen as rebellious. In fact, George B. provides other examples of contested notions of ‘normal’. He describes his relations with some correctional officers (COs) as amicable and notes that at present and at level 2 such relations are okay but in the past, they would have broken the prisoner code.

« Il y a des OC ici que si on en venait là j’irais défendre leur vie… celui pour qui je travaille, il prend sa retraite cette année, à la fin de cette année. Il n’y a rien que je ne ferais pas pour cet homme. Parce qu’il n’a que du respect pour nous, il nous aiderait de toutes les manières qu’il pourrait. Il y a, je veux dire cet homme, je ne le vois pas comme un OC, c’est le patron, nous travaillons avec lui, j’ai travaillé avec lui pendant des années et il a gagné notre respect. Si un de ces types essayait de sauter sur lui ou de lui faire mal, je serais là à l’aider. Je ne l’aurais pas fait dans le temps, mais je le ferais maintenant. »

“There is COs in here that, if it came down to it, I would defend their life … the one I work for, he retires this year, the end of this year. There is nothing I wouldn’t do for that man. Because he has nothing but respect for us, he would help us in any way he could. There’s, I mean that man, I don’t see him as a CO, he’s a boss, we work with him, I’ve worked with him for years and he’s earned a lot of respect. If one of these guys tried to jump on him or hurt him, I would be there to help him. I wouldn’t do that back in the day, but I would now.”

Le discours de George franchit ici la frontière « eux-nous » qu’il y avait encore quand il a commencé à travailler. Il met en valeur le respect comme une caractéristique-clé de ses relations avec l’officier, quelque chose qui aurait été, par définition, possible à accorder seulement à ses compagnons de prison dans le passé. Il semble ici que les frontières entre certains groupes se brouillent mais peut-être aussi celle entre l’institution et le monde extérieur.

The resources utilised by George here cross the ‘them-us’ boundary present in earlier work (see above). He highlights respect as a key characteristic of his relations with the officer, something that could, by definition, only be afforded to fellow prisoners in the past. It seems here that the boundaries between groups of people are blurring but perhaps also between the institution and the outside world.

Il y a d’autres exemples dans les entretiens qui reviennent à inclure davantage de « traits féminins » comme des éléments de l’ego masculin. George B. se décrit à faire de la couture, à dessiner et à fabriquer des articles décoratifs, mais il réinterprète cela comme un moyen de faire rentrer de l’argent pour l’envoyer à sa famille, ce qui à son tour l’aide à conforter sa position dans le monde extérieur de père « normal ». Il dit :

There are other examples to be found in the interviews, though, that refer to an inclusion of more ‘feminine traits’ as a part of the masculine self. George B. describes doing crafts, i.e. drawing and making decorative items, but reinterprets these as a means to generate money to send home which in turn helps secure his position as a ‘normal’ father in the outside world. He says:

« C’est dur parce qu’y a des types qui n’ont pas les moyens ou l’argent pour [cuisiner]. Ils n’ont pas d’argent pour le faire. […] Chaque jour je me fais du fric. Je me débrouille. Je fais plein de choses différentes, chaque chose que je vois, c’est de l’argent. Je peux me faire de l’argent sur des mauvaises herbes. Il y a plein de moyens de se faire de l’argent si on sait y faire. […] Ben, maintenant c’est... j’ai un tas d’herbes juste ici, ha ha! Je trouverai des bouts de bois quelque part et j’en ferai une petite valise. Je vais prendre ces herbes et les pulvériser avec de la cire et les arranger à l’intérieur de la petite boîte et mettre du Plexiglas dessus ou autre chose. J’en tirerai bien 20 dollars. […] Je la vendrai ici, un détenu me l’achètera 20 dollars pour donner à sa femme ou je sais pas, quelqu’un. Des choses comme ça. »

“It’s hard because some of these guys they don’t have the income or money to [cook]. They don’t have money to do it. […] I would make money every day. I hussle. I do a lot of different things, everything I see is money. I can get money off a dead weed if I want to. There’s a lot of ways to make money if you know how to do it. […] Well, right now it’s… I got a bunch of dead weed right here haha. I’ll find pieces of wood somewhere and make a little case. I’ll take these weeds and spray em with wax and arrange them inside the little box and put Plexiglas over it or whatever. I’ll get 20 dollars for it. […] I’ll sell it in here, one of the inmates will buy it for 20 dollars to give to his wife or whatever. Somebody. Things like that.”

Anthony (45 ans, Mexicain) donne un aperçu sur son côté émotif, plus « féminin », bien qu’il déclare qu’il le tient caché des autres détenus. D’abord, Anthony assume les tâches féminines de l’organisation des banquets (service, nettoyage), puis il raconte comment il a été bouleversé à la vue d’enfants jouant à l'intérieur de la prison. Voici ce qu’il déclare :

Anthony (45 years, Mexican), too gives a glimpse of an emotional, more ‘feminine’ side, although he describes that he hides this from other inmates. First, Anthony takes on feminine tasks of the banquets organisation (serving, cleaning), then Anthony talks about being overwhelmed by emotions when watching children play within the confines of the prison. Anthony notes:

« On a les banquets. On a de la nourriture mexicaine. […] J’ai fait le service et j’ai débarrassé. C’était merveilleux. […] Il est venu des familles, des enfants. Ils avaient une piñata, c’était super, j’ai adoré. C’était super de voir les gosses sourire, ils se sont tellement amusés. Tu sais, ça m’a fait pleurer, ça m’a fait penser à ma petite-fille. […] C’était tellement bien pour les autres familles, voir leurs proches en prison et qu’ils vont bien et qu’ils rentreront à la maison bientôt. On s’est bien amusés, on était ensemble et on s’est amusés. On a pris des photos. […] Ce qui a rendu le banquet si particulier pour moi, c’était de voir les gosses s’amuser, ça m’a fait pleurer. J’ai dû aller aux toilettes pour qu’ils me voient pas pleurer. Parce qu’ils étaient si heureux. »

“We have the banquets. We have Mexican food. […] I served the food and I cleaned up. It was wonderful. […] Families came, kids came. […] They had a piñata, it was great I loved it. It was great to see the kids smiling, they had a blast. You know it made me cry. Made me miss my granddaughter […] It was just good to other families, see their loved ones in prison and that they’re okay and they’ll be home soon. We had fun, we got together and had fun. We took pictures. […] What made my banquet was to see the kids having fun. It made me cry. I had to go to the bathroom so they wouldn’t see me cry. Cause they were so happy.”

 

 

Conclusion

Discussion

Les éléments tirés des entretiens faits au Nouveau Mexique montrent avant tout que les hommes ne définissent pas leurs masculinités par la violence et une conduite déréglée, comme cela a pu être suggéré ailleurs, même s’il y a des parallèles au travail de Sykes quand les prisonniers ont assumé des rôles quasi d’argot. Les vieilles divisions entre les prisonniers et l’organisation sont moins strictes et la solidarité exprimée au sein du groupe de prisonniers a décliné (Hunt et al. 1993). Les détenus purgent leur peine et cherchent des alliances qui servent leurs besoins et leurs buts personnels. Ce faisant, ils s’appuient sur différents registres de masculinité.

The material quoted from the New Mexico study first of all illustrates that men do not define their masculinities primarily through violence and unruly behaviour, as has been suggested elsewhere, even though there were some parallels to Sykes’ work when prisoners have taken on quasi argot roles. Old divisions between prisoners and the organization are less strict and solidarity expressed among the group of prisoners has declined (Hunt et al. 1993). Inmates do their own time and seek alliances that serve their needs and personal goals. In so doing, they draw on different kinds of masculinities.

De bien des manières, le cas du Nouveau Mexique corrobore les conclusions de Wetherell et Edley sur les opinions émises par les hommes au sujet de la masculinité. Cependant, Frosch et al. (2003) soutiennent que leurs travaux ne parviennent pas à expliquer pourquoi les hommes peuvent être « machos » ou des « hommes nouveaux ». Frosch et al. demandent : « Qu’est-ce qui produit le choix spécifique d’une place qu’un individu particulier fait parmi toutes les positions identitaires disponibles? » (p. 40). De plus, quels « besoins sont satisfaits […] par la position assumée » (p. 52) ? Dans cette recherche, les ressources disponibles semblent jouer un rôle important dans l’adoption d’une position identitaire pendant l’entretien. La violence et l’association avec d’autres prisonniers se sont avérées des facteurs clés pour établir l’identité d’un prisonnier comme homme fort ou même dominant dans le passé (position héroïque). Mais les masculinités ne cessent de se négocier, de basculer et de changer sans cesse, selon, par exemple, la race ou le groupe d’âge auquel ils appartiennent. La séparation d’avec les autres prisonniers et l’accès à un revenu pour la faciliter, ou pour faire la jonction avec leurs vies à l’extérieur de la prison ont été des facteurs importants pour établir la présente identité-à-soi (position ordinaire) des prisonniers.

In many ways, the New Mexico case supports Wetherell and Edley’s findings on men’s talk about masculinity. However, Frosch et al. (2003) contended that Wetherell and Edley’s research falls short of explaining why men can be ‘macho’ or ‘new men’. Frosch et al. ask “What is it that produces the specific ‘choice’ of location a particular individual makes amongst the available identity positions?” (p.40). And in addition, which “needs are being met […] by the position which is taken up” (p.52). In this research, available resources seemed to play an important role in picking an identity position during the interview. Violence and association with other prisoners were key factors in establishing a prisoner identity as capable, or even dominant men in the past (heroic position). But masculinities are continuously negotiated, continuously shifting and changing depending, for example, on the racial or age group they belong to. Dissociation from other prisoners and access to income to facilitate either this or a bridge to their lives outside of prison were important factors in establishing the present self-identity (ordinary position) of prisoners.

Il faut répéter que, dans notre étude, le contexte organisationnel a joué un rôle important pour déterminer le genre de masculinité établie. Notre étude a été entreprise dans un établissement de sécurité minimum, ce qui signifie que l’encadrement de la prison considère ses détenus comme aptes à une réinsertion sociale dans un avenir proche. George A. (24 ans, Noir) déclare que ce n’est pas une « vraie prison » et Anthony (45 ans, Mexicain) souligne que cette prison est, relativement parlant, « le meilleur endroit pour tirer sa peine » parce que l’organisation de la prison repose davantage sur un pouvoir normatif que sur un pouvoir coercitif, ce qui implique moins de menaces de sanctions physiques par l’organisation (Etzioni, 1977). Les prisonniers dans le niveau de sécurité minimum ressentent peut-être un besoin moindre d’agir contre le système et manifestent plus de maîtrise dans leurs réponses à des situations critiques regardant d’autres détenus pour éviter des répercussions telles que l’isolement ou l’extension de leur durée de peine. Une recherche plus approfondie à des niveaux de sécurité différents jetterait certainement plus de lumière sur ce point.

It needs to be reiterated that the organizational context in this study played an important role in determining the kind of masculinities found. The study was undertaken at a minimum security level which means that the prison organization views its inmates as suited for reintegration into mainstream society in the near future. George A. (24 years, Black) maintains that it is not a “real prison” and Anthony (45 years, Mexican) emphasizes that this prison is, relatively, “the best place to do time” because the prison organization relies more on normative power than coercive power, meaning fewer threats of physical sanctions by the organization (Etzioni, 1977). Prisoners at minimum security perhaps feel a smaller need to act out against the system and remain more in control in their response to aggravating situations concerning other inmates in order to avoid repercussions such as segregation or the extension of their prison time. Certainly, further in-depth research at different security levels would shed more light on this.

On ne peut pas tenir les espaces de prison pour des espaces homogènes où les idées de justice se traduiraient par les mêmes moyens de surveillance et de châtiment pour tous les prisonniers. Les données de cette étude ont montré comment les idées institutionnelles de justice sont vécues de différentes manières en fonction des caractéristiques individuelles des prisonniers. Ceux qui ont des années d’expérience dans le système pénitentiaire, ceux qui sont plus âgés, ceux qui ont plus de revenus et ceux qui appartiennent à un groupe social dominant sont habituellement à même de trouver des manières d’alléger quelque peu l’expérience du châtiment. Parfois, cela se fait aux dépens d’autres prisonniers, par exemple quand on « achète » ou marchande le travail, les bonnes places dans la prison, ou encore d’autres services.

As noted above, prison spaces cannot be viewed as homogeneous spaces in which ideas of justice are translated into the same means of control and punishment for all prisoners. The data for this study has illustrated how institutional ideas of justice are experienced in different ways based on individual characteristics of prisoners. Those with years of experiences in the prison system, those that are older, those with more available income and those belonging to a dominant social group usually are able to find ways to alleviate the experience of punishment somewhat. Sometimes, this is done at the expense of other prisoners, for example when labor, prime locations in the prison, or other services are ‘bought’ or traded.

Nombre de prisonniers ont commencé à former activement leurs identités selon la manière dont ils croient qu’elles pourront réussir dans le monde libre, par exemple par le travail pénible ou en entretenant des relations à l’extérieur. Néanmoins, et malheureusement, il est probable qu’un bon nombre rencontreront une résistance dans leur tentative d’ébranler leur identité passée de prisonnier, ou bien qu’ils risquent de revenir à des conditions de vie non favorables et à des milieux socio-économiques qui les menacent de récidive ou même de suicide (voir, par exemple, Farrell et Marsden, 2008; Petersilia, 2003; Rosenfeld et al., 2005). Pour ces prisonniers, avoir purgé leur peine, avoir « rendu » justice selon les critères de la société, ne fournit pas davantage d'accès aux ressources nécessaires pour s’établir ou se rétablir comme masculins. Ils continuent de manquer de pouvoir réel ou abstrait, et restent souvent parties intégrantes des paysages de l’incarcération (voir aussi Shabazz, 2010 dans la discussion ci-dessus).

A number of prisoners have begun to actively shape their identities in ways they think will potentially be successful in the free world, for example, through hard work and nurturing relations outside. However, and unfortunately, it is likely that many prisoners will encounter resistance in their attempt to shake off their previous identity as prisoner, or they might return to unfavorable living conditions and socio-economic environments which put them at risk of recidivism or even suicide (see, for example, Farrell and Marsden, 2008; Petersilia, 2003; Rosenfeld et al., 2005). For these prisoners then, having served their sentence, having ‘done’ justice by the standards of society, does not provide more equal access to resources needed to (re-)establish themselves as masculine. They continue to lack real or abstract power and often remain a part of landscapes of incarceration (see also Shabazz, 2010 in the discussion above).

 

 

Remerciements

Acknowledgements

L'auteur tient à remercier l'Organisation Néerlandaise pour la Recherche Scientifique (NWO) pour son soutien financier, et Inge Noback pour l’aide à la recherche. En outre, les conseils et l’amitié de David Sibley ont été une source précieuse de soutien.

The author wishes to thank the Netherlands Organization for Scientific Research (NWO) for financial support of the study and Inge Noback for her research assistance. In addition, David Sibley’s intellectual input and friendship constitute an invaluable source of support.

 

 

A propos de l'auteur

About the author

Bettina Van Hoven

Bettina Van Hoven



Pour citer cet article

To quote this article

Bettina Van Hoven, «'On voulait juste voir le genre d'homme que tu es' : masculinités dans une prison du Nouveau-Mexique», [““We were just testing what kind of man you are”- negotiating masculinities in a New Mexico prison”], justice spatiale | spatial justice | n° 03 mars | march 2011 | http://www.jssj.org/

Bettina Van Hoven, ““We were just testing what kind of man you are”- negotiating masculinities in a New Mexico prison”, [«’On voulait juste voir le genre d’homme que tu es’ : masculinités dans une prison du Nouveau-Mexique»], justice spatiale | spatial justice | n° 03 mars | march 2011 | http://www.jssj.org/

 

 

[1] « L'ensemble de pratiques (donc pas seulement les attentes quant à un rôle ou l'identité) qui permettaient à la domination masculine sur les femmes de se perpétuer. »

[1] “The pattern of practice (i.e. things done, not just a set of role expectations or an identity) that allowed men’s dominance over women to continue”.

[2] Il est à noter que toutes les prisons ne comprennent pas tous les niveaux. Les détenus sont classifiés à leur arrivée dans l'un de ce niveaux en fonction d'un système d'attribution de points, qui prend en compte le crime commis, le fait qu'ils soient ou non récidivistes, selon ce qu'on sait de leur conduite antérieure ou de leur appartenance à un gang.

[2] It must be noted that not all prisons contain all levels. In order to be categorized into one of these levels, prisoners receive points upon arrival according to a number of criteria, such as the type of crime committed, whether they are first-time offenders or repeat offenders, whether or not there is a record of behavioural problems- or gang membership.

[3] Il y a des moyens supplémentaires d’obtenir l’obéissance comme, par exemple, les diverses procédures et le “déshabillage” que les détenus subissent à l’entrée, le remplacement des effets personnels par des tenues institutionnelles, l’assignation d’un numéro à chaque prisonnier, ainsi qu’un système de pénalités et de récompenses.

[3] Additional means to achieve compliance are, for example, entry procedures or “stripping” processes that inmates undergo, e.g. the replacement of personal clothing and items with institutional ones, and the assignment of a number to each prisoner as well as a system of penalties and rewards.

[4] Voir aussi la critique de Roebuck (1962).

[4] But see also critique by Roebuck (1962)

[5] Le modèle d’importation (Cao, Zhao et Vandine, 1997), développé en réponse au modèle de privation, considère principalement l’arrière-plan criminel des prisonniers à l’extérieur de la prison. Le modèle situationnel est plus dynamique et inclut les relations à l’intérieur de la prison, c’est à dire le positionnement des détenus par rapport à l’organisation et au personnel (ainsi qu’aux officiers correctionnels).

[5] The importation model (Cao, Zhao and Vandine, 1997), developed in response to the deprivation model, predominantly considers prisoners’ criminal background outside of prison. The situational model is more dynamic and includes intra-prison relationships, i.e. inmates positioning in relation to the organisation and members of staff (and correctional officers).

[6] Mais voir aussi les recherches ethnographiques, comme le travail de Wahidin avec des détenus plus âgés (Wahidin, 2006) qui démontre la portée explicative de la théorie de Foucault.

[6] But, see also ethnographic research, such as Wahidin’s work with older inmates (Wahidin, 2006), who demonstrates the explanatory power of ‘Foucauldian theory’.

[7] Plus récemment, de tels arguments sont toujours soutenus comme dans les travaux de Carrabine et Longhurst (1998) qui ont énoncé que les styles de gestion militaire des prisons contribuent aux manifestations de « masculinité excessive ». Les contraintes spatiales rencontrées et les stratégies de « survie » quotidiennes produisent « un genre de masculinité qui perpétue le crime, la violence et d’autres conduites destructives » (Fraley, 2002 :  p.86).

[7] More recently, such arguments still find support through work such as by Carrabine and Longhurst (1998) who stated that militaristic management styles in prison contribute to the display of ‘excessive masculinity’. The spatial constraints encountered and everyday ‘survival’ strategies produce “a kind of masculinity that perpetuates crime, violence and other destructive behaviours” (Fraley, 2002: p.86).

[8] Dans une « mise au point » récente, Connell (avec Messerschmidt, 2005) reconnaît que les travaux de Wetherell et Edley font avancer la façon dont on a jusqu’ici conceptualisé la masculinité hégémonique.

[8] A recent ‘update’ by Connell (with Messerschmidt, 2005) acknowledges Wetherell and Edley’s work as advancing the way in which hegemonic masculinity has been conceptualized thus far.

Bibliographie

References

AITKEN Stuart C., “Leading Men to Violence and Creating Spaces for their Emotions” Gender, Place & Culture: A Journal of Feminist Geography, Vol. 13, n° 5, 491-507, 2006.

BAER Lenny, “Visual imprints on the prison landscape: a study of the decorations in prison cells”, Tijdschrift voor Economische en Sociale Geografie, Vol. 96, n° 2, 209-217, 2005.

BAER Lenny, RAVNEBERG Bodil, “The outside and inside in Norwegian and English prisons”, Geografiska Annaler: Series B, Vol. 90, n° 2, 205-216, 2005.

BARKER Gary T., Dying to be men: Youth, masculinity and social exclusion, London: Routledge, 2005.

BANDYOPADHYAY Mahuya, “Competing masculinities in a prison”, Men and Masculinities,Vol. 9, 186-203, 2006.

CAO Liqun, ZHAO Jihong, VANDINE Steve, “Prison disciplinary tickets: a test of the deprivation and importation models”, Journal of Criminal Justice, Vol. 25, 103-113, 1997.

CARRABINE Eamonn, LONGHURST Brian, “Gender and Prison Organisation: Some Comments on Masculinities and Prison Management”, Howard Journal of Criminal Justice, Vol. 37, 161-166, 1998.

CLEMMER Donald, The Prison Community, Boston: Christopher Publishing House, 1940.

COLLIER Richard, Masculinities, Crime and Criminology: Men, Corporeality and the Criminal(ised) Body, London and New York: Sage Publications, 1998.

CONNELL Robert W., The men and the boys, Berkeley: University of California Press, 2000.

CONNELL Robert W., MESSERSCHMIDT James W., “Hegemonic masculinity. Rethinking the concept”, Gender and Society, Vol. 19, n° 6, 829-859, 2005.

CORDELIA Anne,The making of an inmate. Prison as a way of life, Cambridge, MA: Schenkman Publishing Company, Inc, 1983.

DAVIDSON Kevin G., “Methodological instability and the disruption of masculinities”, Men and masculinities, Vol. 9, 379- 391, 2007.

DAVIS Angela Y., “Race, gender, and prison history: from the convict lease system to the supermax prison”, in PrisonMasculinities, Donald Sabo, Terry A. Kupers and Willie Londen, 35-45, Philadelphia: Temple University Press, 2001.

DIRSUWEIT Teresa, “Carceral spaces in South Africa: a case study of institutional power, sexuality and transgression in a women’s prison”, Geoforum, Vol.30, 71-83, 1999.

ETZIONI Amitai, “Power, goals, and organisational compliance structures”, in The Sociology of Corrections, Robert G. Leger and John R. Stratton, New York: Wiley and Sons , 7-19, 1977.

FARRELL Michael, MARSDEN John, “Acute risk of drug-related death among newly released prisoners in England and Wales”, Addiction, Vol. 103, n° 2, 251-255, 2008.

FOUCAULT Michel, Discipline and Punish. The birth of a prison, New York: Vintage Books, 1979.

FRALEY Steve. “Book Review ‘Sabo, D., Kupers, T.A. and London, W. (2001) Prison masculinities. Philadelphia: Temple University Press’”, Contemporary Justice Review, Vol. 5, 85-88, 2002.

FROSH Steve, PHOENIX Ann, PATTMAN Rob, “Taking a stand: Using psychoanalysis to explore the positioning of subjects in discourse”, British Journal of Social Psychology Vol. 42, 39-53, 2003.

GOFFMAN Erving, Asylums: Essays on the social situation of mental patients and other inmates, Chicago, IL: Aldin, 1961.

HOPKINS Peter E., “Youthful Muslim masculinities: gender and generational relations”, Transactions of the Institute of British Geographers, Vol. 31, n° 3, 337-352, 2006.

HUA-FU Hsu, “The patterns of masculinity in prison sociology: a case study in one Taiwanese prison”, Critical Criminology, Vol. 13, 1-16, 2005.

HUNT Geoffrey, RIEGEL Stephanie, MORALES Tomas, WALDORF Dan, “Changes in prison culture: prison gangs and the case of the “Pepsi Generation””, Social Problems, Vol. 40, 398-409, 1993.

IGNATIEFF Michael, “State, civil society and total institutions: a critique of recent social histories of punishment”, Crime and Justice,Vol.3, 153-192, 1981.

IRWIN John, CRESSEY Donald R., “Thieves, Convicts and the inmate culture”, Social Problems, Vol. 10, n° 2, 142-155, 1962.

JACOBS James B., Stateville: The penitentiary in mass society, Chicago: University of Chicago Press, 1977.

JEFFERSON Tony, “Subordinating hegemonic masculinity”, Theoretical Criminology, Vol. 6, n° 1, 63-88, 2002.

KARP David R., “Unlocking men, unmasking masculinities: doing men’s work in prison”, The Journal of Men’s Studies, Vol. 18, n° 1, 63-83, 2010.

LEGER Robert G., STRATTON John R., “Correctional institutions as complex organizations”, in The Sociology of Corrections, Robert G. Leger and John R. Stratton, 7-19, New York: Wiley and Sons, 1977.

LEYSHON Michael, BRACE Catherine, “Men and the Desert: Contested masculinities In Ice Cold in Alex”, Gender, Place & Culture: A Journal of Feminist Geography, Vol. 14, n° 2, 163-182, 2007.

MENDIETA Eduardo, “Plantations, ghettos, prisons: US racial geographies”, Ethics, Place & Environment, Vol. 7, n° 1, 43-59, 2004.

MESSERSCHMIDT James, Masculinities and Crime: Critique and reconceptualization of theory, Lanham, MD: Rowman and Littlefield, 1993.

NAYAK Anoop, “Displaced Masculinities: Chavs, Youth and Class in the Post-industrial City”, Sociology, Vol. 40, n° 5, 813-831, 2006.

OWEN Barbara A., “Race and gender relations among prison workers”, Crime & Delinquency, Vol.31, n° 1, 147-159, 1985.

PATERLINE Brent A., PETERSEN David M., “Structural and social determinants of prisonization”, Journal of Criminal Justice, Vol. 27, 427-441, 1999.

PETERSILIA Joan, When Prisoners Come Home: Parole and Prisoner, Oxford: Oxford University Press, 2003.

PHILLIPS Jenny, “Cultural construction of manhood in prison”, Psychology of Men & Masculinity, Vol. 2, n° 1, 13-23, 2001.

ROEBUCK Julian, “A critique of ‘Thieves, convicts and the inmate culture’”, Social Problems, Vol. 11, n° 2, 193-200, 1962.

ROSENFELD Richard, WALLMAN Joel, FORNANGO Robert, “The contribution of ex-prisoners to crime rates”, in Prisoner reentry and crime in America,Jeremy Travis, Christy Ann Visher, 80- 104, Cambridge: Cambridge University Press 2005.

SABO Donald, KUPERS Terry A., LONDON Willie, Prison masculinities. Philadelphia: Temple University Press, 2001.

SABOL William J., WEST Heather C., COOPER Matthew, “Bureau of Justice Statistics Bulletin. Prison in 2008”, Washington: US Department of Justice, 2010.

SEYMOUR Kate, “Imprisoning masculinity”, Sexuality & Culture, Vol. 7, n° 4, 27-55, 2003.

SHABAZZ Rashad, “’So high you can’t get over it, so low you can’t get under it’: carceral spatiality and black masculinities in the United States and South Africa”, Souls, Vol. 11, n° 3, 276-294, 2010.

SIBLEY David, VAN HOVEN Bettina, “The contamination of personal space- boundary construction in a prison environment”, Area, Vol.41, n° 2, 198-206, 2009.

SIMON Bart, “The return of panopticism: supervision, subjection and the new surveillance”, Surveillance and Society, Vol. 3, n° 1, 1-20, 2005.

SYKES Greshem M., The society of captives. A study of a maximum security prison, Princeton: Princeton University Press, 1958.

TOCH Hans, “The catalytic situation in the violence equation”, Journal of Applied Social Psychology, Vol. 15, 105-123, 1985.

VAN HOVEN Bettina, HÖRSCHELMANN Kathrin, Spaces of Masculinities. London: Routledge, 2005.

VAN HOVEN Bettina, SIBLEY David, “‘Just duck’: the role of vision in the production of prison spaces”, Environment and Planning D: Society and Space, Vol.26, n° 6, 1001-1017, 2008.

VAZ Paulo, BRUNO Fernanda, “Types of self-surveillance: from abnormality to individuals ‘at risk’”, Surveillance and Society, Vol. 1, n° 3, 272-291, 2003.

WACQUANT Loïc, “From slavery to mass incarceration: rethinking the ‘race question’ in the US”, New Left Review, Vol. 13, 41-60, 2002.

WAHIDIN Azrini, “A Foucauldian analysis: experiences of elders in prison” in Foucault and Aging, WAHIDIN Azrini, POWELL Jason L., 115-128, New York: Nova Science, 2006.

WETHERELL Margaret, EDLEY Nigel,“Negotiating hegemonic masculinity: Imaginary positions and psycho-discursive practices”, Feminism and Psychology, Vol. 9, n° 3, 335-356, 1999.

WHITEHEAD Antony, “Man to man violence: how masculinity may work as a dynamic risk factor”, The Howard Journal of Criminal Justice, Vol. 44, n° 4, 411-422, 2005.

WILSON Anita, “Four days and a breakfast: time, space and literacy/ies in the prison community” in Spatialising Literacy Research and Practice, Leander Kevin, Sheehy Margaret, 67-90, New York, Peter Lang, 2004.

More