n°01. Avis de naissance

n°01. Birth Announcement

C'est certainement par le mot « bienvenue » que nous avons envie d'ouvrir ce premier numéro de la revue Justice Spatiale | Spatial Justice. Bienvenue aux lecteurs, bienvenue aux auteurs, bienvenue aux débats. Le contexte international, le contexte français (social mais aussi universitaire), nous donnent envie d'offrir ici un espace d'expression et d'échange sur des sujets qui nous tiennent à cœur. La création de la revue scientifique Justice Spatiale | Spatial Justice, repose en effet sur une conviction : l'espace est une dimension fondamentale des sociétés humaines qui le produisent, la justice sociale s'y déploie. Ainsi, la compréhension des interactions entre espace et société est essentielle à celle des injustices sociales et à la réflexion sur les politiques territoriales visant à les réduire.

“Welcome” is certainly the word we wish to use in this very first line of the very first issue of this new journal: Justice Spatiale | Spatial Justice. Welcome to the readers, welcome to the contributors, welcome to debates. The international context as well as the French social and academic context (from where we speak) gives us more than ever the desire to offer here a space for expression and exchanges on a topic we strongly feel is important if not urgent. The creation of this scientific journal is based on the conviction that space is a fundamental dimension of human societies and that social justice is embedded in space. The understanding of interactions between space and societies is essential to understand social injustices and to reflect on the planning policies that aim to reduce them.

Initiée et animée principalement par des géographes, la revue Justice Spatiale | Spatial Justice accueille les travaux, les débats et les controverses autour du concept de justice spatiale en se fondant sur des rencontres avec des regards disciplinaires de sciences sociales et humaines différents (aménagement, urbanisme, sociologie urbaine, histoire, philosophie, sciences politiques...). Le projet de cette revue électronique internationale est née du désir de poursuivre et d'élargir les débats engagés lors du colloque « Justice et injustice spatiales », qui s'est tenu en mars 2008 à l'Université Paris-Ouest Nanterre La Défense (c'est-à-dire là où enseigna Henri Lefebvre et ce n'est en rien une coïncidence car nous affirmons ici les liens entre le concept de justice spatial et ceux de « production de l'espace » et de « droit à la ville »). Les discussions lors de ce colloque ont montré le besoin de poursuivre la réflexion sur les relations entre justice et espace, par-delà les frontières disciplinaires, linguistiques et culturelles. C'est à partir de quelques textes présentés lors de ce colloque, qui éclairent les différentes dimensions du concept de justice spatiale et ouvrent bien des débats sur sa définition, qu'a été élaboré ce premier numéro, et nous tenons à en remercier ici les auteurs : Lisa Brawley, Bernard Bret, Mustafa Dikec, Susan Fainstein, Peter Marcuse, Edward Soja. Les prochains numéros de la revue seront thématiques, le premier appel à contribution est lancé dans le présent numéro sur des questions liées à l'accès aux ressources.

The group of people, researchers and academics, who made Justice Spatiale | Spatial Justice possible consists mainly of geographers; however the objective of the journal is to explore debates and controversies concerning the concept of Spatial Justice through the different disciplinary perspectives within the human and social sciences (regional and urban planning, urban sociology, history, philosophy, political sciences…). Justice Spatiale | Spatial Justice is an international electronic journal whose concept was born in Nanterre, France, precisely where Henri Lefebvre taught, and this is in no way a coincidence as we acknowledge here the strong relation between the concept of spatial justice and the Lefebvrian concepts of production of space (“production de l’espace”) and right to the city (“droit à la ville”). More precisely, the project of this journal arose from a desire to expand the discussions which took place at the “Spatial Justice Conference” held in March 2008 at the University of Paris Ouest Nanterre. It became clear at the conference that there is a need to continue the exchanges about the relationships between justice and space, beyond disciplinary, linguistic and cultural boundaries. This first issue is constructed with revised versions of texts presented at this conference and we wish to express our gratitude here to the authors: Lisa Brawley, Bernard Bret, Mustafa Dikeç, Susan Fainstein, Peter Marcuse, Edward W. Soja. Their contributions will allow the readers to explore the diverse dimensions of the concept of spatial justice, presented and debated here by some of the world’s most renowned writers in the field. The next issues of the journal will be thematic; the call for papers for the n°2 can be found here and is articulated on the question of access to environmental resources and environmental justice.

La justice spatiale a une importance majeure puisqu'elle constitue la toile de fond de la plupart des politiques d'action sur les territoires. Pourtant, la diversité des définitions de la « justice » (et des possibles « contrats sociaux » qui les légitiment) est grande et les objectifs poursuivis sont divers, voire contradictoires. Il paraît donc urgent d'éclairer le concept de justice spatiale, encore peu questionné (notamment en géographie, depuis les travaux de la géographie radicale anglophone des années 1970-1980), tant elle s'est imposée comme une apparente évidence.

While spatial justice is the desired outcome of planning policies, the diversity of philosophical positions about “justice” has meant that the political objectives and outcomes of planning policies are frequently contradictory. Furthermore, the fact that the philosophical underpinnings of the concept of spatial justice are usually taken as given and have rarely been placed into question since the works of radical Anglo-American geographers in the 1970s and 1980s, means that an engagement with spatial justice is long overdue and urgent.

On peut considérer que les conceptions de la justice oscillent entre deux pôles, l'un centré sur les questions de redistribution, l'autre sur les questions de procédures de prise de décision. C'est pourquoi aujourd'hui la thématique de la justice spatiale présente à nos yeux une importance nouvelle pour les sciences sociales et pour la géographie, outre qu'elle soulève des questions cruciales sur l'utilité sociale de ces disciplines, parce qu'elle est fédératrice. En effet, selon l'approche adoptée, soit l'on est conduit à se poser des questions sur des distributions spatiales (de biens, de services, de personnes...) parce que l'on choisit une définition de la justice fondée sur une évaluation des « résultats », soit l'on est conduit à se poser des questions de représentations de l'espace, d'identités (territoriales ou non), de pratiques, parce ce que l'on fait le choix de réfléchir sur la dimension procédurale de la justice. En d'autres termes, se trouvent à la fois mobilisées des approches quantitatives et qualitatives. Cette convergence se fait à travers une réflexion sur les modalités de la prise de décision politique et sur les politiques conduites pour assurer de meilleures distributions spatiales. Le caractère potentiellement fédérateur du concept de justice spatiale va encore au-delà puisqu'il nécessite de mobiliser aussi pleinement les études environnementales. On est très proche en effet de la notion de « justice environnementale » est apparue dans les années 1970-1980 dans les villes nord-américaines, pour dénoncer les recouvrements spatiaux entre les formes de discrimination raciale et d'exclusion socio-économique, les pollutions industrielles et la vulnérabilité face aux risques naturels. L'émergence de la notion de développement durable a aussi favorisé une réflexion sur l'équité environnementale. Elle interroge notre rapport ontologique au monde, et la possibilité d'une politique juste articulée autour des besoins de l'humanité, présents et futurs, locaux et globaux, et de nouveaux modes de gouvernance. Enfin, est-il besoin de souligner que le concept de justice spatiale questionne aussi toutes les échelles d'étude, du global au local ?

Two contrasting concepts of justice have polarized the debate: the first focuses on redistribution issues, while the second is more concerned with decision making processes. We believe that the concept of spatial justice is of great value today to the social sciences and to geography in particular since it is a concept which transcends disciplinary boundaries. Furthermore, an examination of the implementation of spatial justice raises interesting methodological questions: justice is frequently evaluated on the basis of “results” or spatial distributions (of goods, of services, of people…), but increasingly research on spatial justice is also engaging with issues of representational space where identities and experiences constitute the process of justice. In other words, research on spatial justice mobilizes quantitative as well as qualitative approaches. The interdisciplinary potential of the concept of spatial justice is particularly important to environmental research. The idea of “Environmental Justice” emerged in the 1970s and 1980s in North American cities to engage with the overlapping processes of racial discrimination and socio-economic exclusion, industrial pollution and vulnerability to natural hazards. The emergence of the concept of sustainable development has fostered a debate on environmental fairness. It questions our ontological relationship to the world, and the possibility of a fair policy to address the needs of humanity, present and future, local and global. It also includes questions of new forms of governance. Lastly, it goes without saying that the concept of justice also questions space at all scales of study, from the global to the local.

Dans un état d'esprit pluridisciplinaire, la revue Justice Spatiale | Spatial Justice est conçue pour promouvoir les débats entre auteurs et lecteurs. Elle vise aussi à faire mieux communiquer les univers scientifiques anglophones et francophones, d'où le choix du bilinguisme complet. Le support électronique permet par ailleurs de combiner - dans un même discours - texte, images et sons et d'innover en termes de formes. Enfin la revue fonctionne grâce à un ample réseau international qui assure la lecture et l'évaluation des textes soumis en vue de garantir un haut niveau scientifique. Nous attendons beaucoup de la combinaison du bilinguisme intégral et de l'appui sur un réseau scientifique (comité scientifique, comité de rédaction, correspondants) reconnu au niveau mondial. Notre objectif est clair et ambitieux, à la mesure de l'importance du sujet : faire que Justice Spatiale | Spatial Justice s'affirme rapidement comme une revue scientifique internationale de référence sur la thématique.

The journal Justice Spatiale | Spatial Justice is committed to interdisciplinary approaches and encourages cross-cutting research. Another primary objective is to create sustained linkages between the English-speaking and the French-speaking scientific communities. The journal is therefore completely bilingual. The electronic medium also has the potential to expand the traditional definition of the academic article since it enables the combination of text, images (static and animated) and sounds.Justice Spatiale | Spatial Justice is a peer reviewed journal with an editorial board constituted by a wide international scientific network. With the combination of full bilingualism (complete versions of the journal in English and French), and of the support of an internationally recognized global scientific network, we expect that Justice Spatiale | Spatial Justice will rapidly become a reference journal in this field.

A raison de deux numéros par an, la revue  comprend aussi une section « Espace public » dans laquelle nous souhaitons accueillir de textes de débat, d'actualité, comme celui proposé dans ce premier numéro par Christine Chivallon sur les événements actuels en Guadeloupe et des regards croisés (lectures confrontées de textes fondateurs sur la justice spatiale par un auteur francophone et un auteur anglophone).

Justice Spatiale | Spatial Justice will appear twice a year, in addition to articles and book reviews, it will contain a section called “Public Space” where debates, discussions on the actuality (as the contribution in the present issue of Christine Chivallon on the recent events in Guadeloupe), and re-exploration (from different national points of views) of founding texts will be welcomed.

 

 

Pour citer cet article

To quote this document

Frédéric Dufaux | Philippe Gervais-Lambony | Sonia Lehman-Frisch | Sophie Moreau
« n°01. Avis de naissance», justice spatiale | spatial justice | n° 01 septembre 2009 | http://www.jssj.org

Frédéric Dufaux | Philippe Gervais-Lambony | Sonia Lehman-Frisch | Sophie Moreau, “n°01. Birth Announcement”, justice spatiale | spatial justice | n° 01 | september 2009 | http://www.jssj.org

Bibliographie

References